La cigale et la fourmi de Jean Henri Fabre le monde merveilleux des animaux .

24 septembre 2016

Poèsie

 

LA CIGALE ET LA FOURMI

 

I

 

Jour de Dieu, quelle chaleur ! Beau temps pour la cigale — qui, folle de joie, se régale — d’une averse de feu ; beau temps pour la moisson. — Dans les vagues d’or, le moissonneur, — reins ployés, poitrine au vent, travaille dur et ne chante guère : — dans son gosier, la soif étrangle la chanson.

 

Temps béni pour toi. Donc, hardi, Cigale mignonne, — fais-les bruire, tes petites cymbales, — et trémousse le ventre à crever tes miroirs. — L’homme cependant lance la faux, — qui va continuellement oscillante, fait rayonner l’éclair de son acier sur les roux épis.

 

Pleine d’eau pour la pierre et tamponnée d’herbages, — la cuvette pendille sur la hanche. — Si la pierre est au frais dans son étui de bois, — sans cesse abreuvée, — l’homme halette au feu de ces coups de soleil — qui font bouillir parfois la moelle des os.

 

Toi, cigale, tu as une ressource pour la soif : dans l’écorce — tendre et juteuse d’un rameau, — l’aiguille de ton bec plonge et fore un puits. — Le sirop monte par l’étroite voie. — Tu t’abouches à la fontaine mielleuse qui coule, — et du suintement sucré tu bois l’exquise lampée.

 

Mais pas toujours en paix, oh ! que non : des larrons, — voisins, voisines ou vagabonds, — t’ont vue creuser le puits. Ils ont soif, ils viennent, dolents, — te prendre une goutte pour leurs tasses. — Méfie-toi, ma belle, ces vide-besace, humbles d’abord, sont bientôt des gredins insolents.

 

Ils quêtent une gorgée de rien ; puis de tes restes — ils ne sont plus satisfaits, ils relèvent la tête — et veulent le tout. Ils l’auront. Leurs griffes en râteau — te chatouillent le bout de l’aile. — Sur ta large échine, c’est un monte-descend — ils te saisissent par le bec, les cornes, les orteils ;

 

Ils tirent d’ici, de là. L’impatience te gagne. — Pst ! pst ! d’un jet d’urine — tu asperges — l’assemblée et tu quittes le rameau. — Tu t’en vas bien loin de la racaille — qui t’a dérobé le puits, et rit, et se gaudit, — et se lèche les lèvres engluées de miel.

 

Or de ces bohémiens abreuvés sans fatigue, — le plus tenace est la fourmi. Mouches, frelons, guêpes, scarabées cornus, — aigrefins de toute espèce, fainéants qu’à ton puits le gros soleil amène, — n’ont pas son entêtement à te faire partir.

 

Pour te presser l’orteil, te chatouiller la face, — te pincer le nez, pour courir — à l’ombre de ton ventre, vraiment nul ne la vaut. — La coquine prend pour échelle une patte et te monte, audacieuse, sur les ailes ; elle s’y promène, insolente, et va d’en haut, d’en bas.

 

II

 

Maintenant — voici qui n’est pas à croire. — Autrefois, nous disent les anciens, — un jour d’hiver, la faim te prit. Le front bas — et en cachette, tu allas voir, — dans ses grands magasins, la fourmi, sous terre.

 

L’enrichie au soleil séchait, — avant de les cacher en cave, — ses blés qu’avait moisis la rosée de la nuit. — Quand ils étaient prêts, elle les mettait en sac. — Tu surviens alors, avec des pleurs aux yeux.

 

Tu lui dis : « Il fait bien froid ; la bise — d’un coin à l’autre me traîne, mourante de faim. A ton riche monceau — laisse-moi prendre pour ma besace. — Je te le rendrai, bien sûr, au beau temps des melons. »

 

« Prête-moi un peu de grain. » Mais va, — si tu crois que l’autre t’écoute, — tu te trompes. Des gros sacs, tu n’auras rien de rien. — « File plus loin, va racler des tonneaux ; — crève de faim l’hiver, toi qui chantes l’été ! »

 

Ainsi parle la fable antique — pour nous conseiller la pratique — des grippe-sous, heureux de nouer les cordons — de leurs bourses… Que la colique — ronge les entrailles de ces sots !

 

Il m’indigne, le fabuliste, — quand il dit que l’hiver tu vas en quête — de mouches, vermisseaux, grains, toi qui ne manges jamais. Du blé ! Qu’en ferais-tu, ma foi ! — Tu as ta fontaine mielleuse, et tu ne demandes rien de plus.

 

Que t’importe l’hiver ! Ta famille — à l’abri sous terre sommeille, — et tu dors le somme qui n’a pas de réveil. — Ton cadavre tombe en loques. — Un jour, en furetant, la fourmi le voit.

 

De ta maigre peau desséchée — la méchante fait curée ; — elle te vide la poitrine, elle te découpe en morceaux, — elle t’emmagasine pour salaison, — provision de choix, l’hiver, en temps de neige.

 

 

 

III

 

Voilà l’histoire véritable — bien loin du dire de la fable. — Qu’en pensez-vous, sacrebleu ! — O ramasseurs de liards, — doigts crochus, bombées bedaines — qui gouvernez le monde avec le coffre-fort,

 

Vous faites courir le bruit, canaille, — que l’artiste jamais ne travaille — et qu’il doit pâtir, l’imbécile. — Taisez-vous donc : quand des lambrusques — la Cigale a foré l’écorce, — vous lui dérobez son boire, et puis, morte, vous la rongez.

 

En son expressif idiome provençal, ainsi parle mon ami, réhabilitant la Cigale calomniée par le fabuliste.

La cigae et la fourmi de Jean Henri Fabre le monde merveilleux des animaux

LA FABLE DE LA CIGALE ET LA FOURMI

 

La renommée se fait surtout avec des légendes ; le conte a le pas sur l’histoire dans le domaine de l’animal comme dans le domaine de l’homme. L’insecte, en particulier, s’il attire notre attention d’une manière ou de l’autre, a son lot de récits populaires dont le moindre souci est celui de la vérité.

 

Et, par exemple, qui ne connaît, au moins de nom, la Cigale ? Où trouver, dans le monde entomologique, une renommée pareille à la sienne ? Sa réputation de chanteuse passionnée, imprévoyante de l’avenir, a servi de thème à nos premiers exercices de mémoire. En de petits vers, aisément appris, on nous la montre fort dépourvue quand la bise est venue et courant crier famine chez la Fourmi, sa voisine. Mal accueillie, l’emprunteuse reçoit une réponse topique, cause principale du renom de la bête. Avec leur triviale malice, les deux courtes lignes :

 

Vous chantiez ! j’en suis fort aise.

 

Eh bien, dansez maintenant.

 

ont plus fait pour la célébrité de l’insecte que ses exploits de virtuosité. Cela pénètre comme un coin dans l’esprit infantile et n’en sort jamais plus.

 

La plupart ignorent le chant de la Cigale, cantonnée dans la région de l’olivier ; nous savons tous, grands et petits, sa déconvenue auprès de la Fourmi. A quoi tient donc la renommée ! Un récit de valeur fort contestable, où la morale est offensée tout autant que l’histoire naturelle, un conte de nourrice dont tout le mérite est d’être court, telle est la base d’une réputation qui dominera les ruines des âges tout aussi crânement que pourront le faire les bottes du Petit Poucet et la galette du Chaperon Rouge.

 

L’enfant est le conservateur par excellence. L’usage, les traditions deviennent indestructibles, une fois confiés aux archives de sa mémoire. Nous lui devons la célébrité de la Cigale, dont il a balbutié les infortunes en ses premiers essais de récitation. Avec lui se conserveront les grossiers non-sens qui font le tissu de la fable : la Cigale souffrira toujours de la faim quand viendront les froids, bien qu’il n’y ait plus de Cigales en hiver ; elle demandera toujours l’aumône de quelques grains de blé, nourriture incompatible avec son délicat suçoir ; en suppliante, elle fera la quête de mouches et de vermisseaux, elle qui ne mange jamais.

 

A qui revient la responsabilité de ces étranges erreurs ? La Fontaine, qui nous charme dans la plupart de ses fables par une exquise finesse d’observation, est ici bien mal inspiré. Il connaît à fond ses premiers sujets, le Renard, le Loup, le Chat, le Bouc, le Corbeau, le Rat, la Belette et tant d’autres, dont il nous raconte les faits et gestes avec une délicieuse précision de détails. Ce sont des personnages du pays, des voisins, des commensaux. Leur vie publique et privée se passe sous ses yeux ; mais la Cigale est une étrangère là où gambade Jeannot Lapin ; La Fontaine ne l’a jamais entendue, ne l’a jamais vue. Pour lui, la célèbre chanteuse est certainement une sauterelle.

 

Grandville, dont le crayon rivalise de fine malice avec le texte illustré, commet la même confusion. Dans son dessin, voici bien la Fourmi costumée en laborieuse ménagère. Sur le seuil de sa porte, à côté de gros sacs de blé, elle tourne dédaigneusement le dos à l’emprunteuse qui tend la patte, pardon, la main. Grand chapeau en cabriolet, guitare sous le bras, jupe collée aux mollets par la bise, tel est le second personnage, à effigie parfaite de sauterelle. Pas plus que La Fontaine, Grandville n’a soupçonné la vraie Cigale ; il a magnifiquement traduit l’erreur générale.

 

D’ailleurs, dans sa maigre historiette, La Fontaine n’est que l’écho d’un autre fabuliste. La légende de la Cigale, si mal accueillie de la Fourmi, est vieille comme l’égoïsme, c’est-à-dire comme le monde. Les bambins d’Athènes, se rendant à l’école avec leur cabas en sparterie bourré de figues et d’olives, la marmottaient déjà comme leçon à réciter. Ils disaient : « En hiver, les Fourmis font sécher au soleil leurs provisions mouillées. Survient en suppliante une Cigale affamée. Elle demande quelques grains. Les avares amasseuses répondent : « Tu chantais en été, danse en hiver. » Avec un peu plus d’aridité, c’est exactement le thème de La Fontaine, contraire à toute saine notion.

 

La fable nous vient néanmoins de la Grèce, pays par excellence de l’olivier et de la Cigale. Esope en est-il bien l’auteur, comme le veut la tradition ? C’est douteux. Peu importe après tout : le narrateur est Grec, il est compatriote de la Cigale, qu’il doit suffisamment connaître. Il n’y a pas dans mon village de paysan assez borné pour ignorer le défaut absolu des Cigales en hiver ; tout remueur de terre y connaît le premier état de l’insecte, la larve, que sa bêche exhume si souvent quand il faut, à l’approche des froids, chausser les oliviers ; il sait, l’ayant vu mille fois sur le bord des sentiers, comment en été cette larve sort de terre, par un puits rond, son ouvrage ; comment elle s’accroche à quelque brindille, se fend sur le dos, rejette sa dépouille, plus aride qu’un parchemin racorni, et donne la Cigale, d’un tendre vert d’herbe rapidement remplacé par le brun.

 

Le paysan de l’Attique n’était pas un sot, lui non plus ; il avait remarqué ce qui ne peut échapper au regard le moins observateur ; il savait ce que savent si bien mes rustiques voisins. Le lettré, quel qu’il soit, auteur de la fable, se trouvait dans les meilleures conditions pour être au courant de ces choses-là. D’où proviennent alors les erreurs de son récit ?

 

Moins excusable que La Fontaine, le fabuliste grec racontait la Cigale des livres, au lieu d’interroger la vraie Cigale, dont les cymbales résonnaient à ses côtés ; insoucieux du réel, il suivait la tradition. Il était lui-même l’écho d’un raconteur plus ancien ; il répétait quelque légende venue de l’Inde, la vénérable mère des civilisations. Sans savoir au juste le thème que le calam de l’Hindou avait confié à l’écriture pour montrer à quel péril conduit une vie sans prévoyance, il est à croire que la petite scène animale mise en jeu était plus rapprochée du vrai que ne l’est le colloque entre la Cigale et la Fourmi. L’Inde, grande amie-des bêtes, était incapable de pareille méprise. Tout semble le dire : le personnage principal de l’affabulation primitive n’était pas notre Cigale, mais bien quelque autre animal, un insecte si l’on veut, dont les moeurs concordaient convenablement avec le texte adopté.

 

Importé en Grèce, après avoir pendant de longs siècles fait réfléchir les sages et amusé les enfants sur les bords de l’Indus, l’antique conte, vieux peut-être comme le premier conseil d’économie d’un père de famille, et transmis avec plus ou moins de fidélité d’une mémoire à l’autre, dut se trouver altéré dans ses détails, comme le sont toutes les légendes, que le cours des âges accommode aux circonstances des temps et des lieux.

 

Le Grec, n’ayant pas dans ses campagnes l’insecte dont parlait l’Hindou, fit intervenir par à peu près la Cigale, de même qu’à Paris, la moderne Athènes, la Cigale est remplacée parla Sauterelle. Le mal était fait. Désormais indélébile, confiée qu’elle est à la mémoire de l’enfant, l’erreur prévaudra contre une vérité qui crève les yeux.

 

Essayons de réhabiliter la chanteuse calomniée par la fable. C’est une importune voisine, je me hâte de le reconnaître. Tous les étés, elle vient s’établir par centaines devant ma porte, attirée qu’elle est par la verdure de deux grands platanes ; et là, du lever au coucher du soleil, elle me martèle de sa rauque symphonie. Avec cet étourdissant concert, la pensée est impossible ; l’idée tournoie, prise de vertige, incapable de se fixer. Si je n’ai pas profité des heures matinales, la journée est perdue.

 

Ah ! bête ensorcelée, plaie de ma demeure que je voudrais si paisible ; on dit que les Athéniens t’élevaient en cage pour jouir à l’aise de ton chant. Une passe encore, pendant la somnolence de la digestion ; mais des centaines, bruissant à la fois et vous tympanisant l’ouïe lorsque la réflexion se recueille, c’est un vrai supplice ! Tu fais valoir pour excuse tes droits, de première occupante. Avant mon arrivée, les deux platanes t’appartenaient sans réserve ; et c’est moi qui suis l’intrus sous leur ombrage. D’accord : mets néanmoins une sourdine à tes cymbales, modère tes arpèges, en faveur de ton historien.

 

La vérité rejette comme invention insensée ce que nous dit la fabuliste. Qu’il y ait parfois des relations entre la Cigale et la Fourmi, rien de plus certain ; seulement ces relations sont l’inverse de ce qu’on nous raconte. Elles ne viennent pas de l’initiative de la première, qui n’a jamais besoin du secours d’autrui pour vivre ; elles viennent de la seconde, rapace exploiteuse, accaparant dans ses greniers toute chose comestible. En aucun temps, la Cigale ne va crier famine aux portés des fourmilières, promettant loyalement de rendre intérêt et principal ; tout au contraire, c’est la Fourmi qui, pressée par la disette, implore la chanteuse. Que dis-je, implore ! Emprunter et rendre n’entrent pas dans les moeurs de la pillarde. Elle exploite la Cigale, effrontément la dévalise. Expliquons ce rapt, curieux point d’histoire non encore connu.

 

En juillet, aux heures étouffantes de l’après-midi, lorsque la plèbe insecte, exténuée de soif, erre cherchant en vain à se désaltérer sur les fleurs fanées, taries, la Cigale se rit de la disette générale. Avec son rostre, fine vrille, elle met en perce une pièce de sa cave inépuisable. Etablie, toujours chantant, sur un rameau d’arbuste, elle fore l’écorce ferme et lisse que gonfle une sève mûrie par le soleil. Le suçoir avant plongé par le trou de bonde, délicieusement elle s’abreuve, immobile, recueillie, tout entière aux charmes du sirop et de la chanson.

 

Surveillons-la quelque temps. Nous assisterons peut-être à des misères inattendues. De nombreux assoiffés rôdent, en effet ; ils découvrent le puits que trahit un suintement sur la margelle. Ils accourent, d’abord avec quelque réserve, se bornant à lécher la liqueur extravasée. Je vois s’empresser autour de la piqûre melliflue des Guêpes, des Mouches, des Forficules, des Sphex, des Pompiles, des Cétoines, des Fourmis surtout.

 

Les plus petits, pour se rapprocher de la source, se glissent sous le ventre de la Cigale, qui, débonnaire, se hausse sur les pattes et laisse passage libre aux importuns ; les plus grands, trépignant d’impatience, cueillent vite une lippée, se retirent, vont faire un tour sur les rameaux voisins, puis reviennent, plus entreprenants. Les convoitises s’exacerbent ; les réservés de tantôt deviennent turbulents agresseurs, disposés à chasser de la source le puisatier qui l’a fait jaillir.

 

En ce coup de bandits, les plus opiniâtres sont les Fourmis. J’en ai vu mordiller la Cigale au bout des pattes ; j’en ai surpris lui tirant le bout de l’aile, lui grimpant sur le dos, lui chatouillant l’antenne. Une audacieuse s’est permis, sous mes yeux, de lui saisit le suçoir, s’efforçant de l’extraire.

 

Ainsi tracassé par ces nains et à bout de patience, le géant finit par abandonner le puits. Il fuit en lançant aux détrousseurs un jet de son urine. Qu’importe à la Fourmi cette expression de souverain mépris ! Son but est atteint. La voilà maîtresse de la source, trop tôt tarie quand ne fonctionne plus la pompe qui la faisait sourdre. C’est peu, mais c’est exquis. Autant de gagné pour attendre nouvelle lampée, acquise de la même manière dès que l’occasion s’en présentera.

 

On le voit : la réalité intervertit à fond les rôles imaginés par la fable. Le quémandeur sans délicatesse, ne reculant pas devant le rapt, c’est la Fourmi ; l’artisan industrieux, partageant volontiers avec qui souffre, c’est la Cigale. Encore un détail, et l’inversion des rôles s’accusera davantage. Après cinq à six semaines de liesse, long espace de temps, la chanteuse tombe du haut de l’arbre, épuisé par la vie. Le soleil dessèche, les pieds des passants écrasent le cadavre. Forban toujours en quête de butin, la Fourmi le rencontre. Elle dépèce la riche pièce, la dissèque, la cisaille, la réduit en miettes, qui vont grossir son amas de provisions. Il n’est pas rare de voir la Cigale agonisante, dont l’aile frémit encore dans la poussière, tiraillée, écartelée par une escouade d’équarrisseurs. Elle en est toute noire. Après ce trait de cannibalisme, la preuve est faite des vraies relations entre les deux insectes.

 

L’antiquité classique avait la Cigale en haute estime. Le Béranger hellène, Anacréon, lui consacre une ode où la louange est singulièrement exagérée. « Tu es presque semblable aux dieux », dit-il. Les raisons qu’il donne de cette apothéose ne sont pas des meilleures. Elles consistent en ces trois privilèges  : γηγενης, απαβης, αναςμοσαρχε ( née de la terre, insensible à la douleur, chair dépourvue de sang ). N’allons pas reprocher au poète ces erreurs, alors de croyance générale et perpétuées bien longtemps après, jusqu’à ce que se soit ouvert l’oeil scrutateur de l’observation. D’ailleurs, en de petits vers où la mesure et l’harmonie font le principal mérite, on n’y regarde pas de si près.

 

Même de nos jours, les poètes provençaux, familiers avec la Cigale tout autant qu’Anacréon, ne sont guère soucieux du vrai en célébrant l’insecte qu’ils ont pris pour emblème. Un de mes amis, fervent observateur et réaliste scrupuleux, échappe à ce reproche. Il m’autorise à extraire de son portefeuille la pièce provençale suivante, où sont mis en relief, avec pleine rigueur scientifique, les rapports de la Cigale et de la Fourmi. Je lui laisse la responsabilité de ses images poétiques et de ses aperçus moraux, fleurs délicates étrangères à mon terrain de naturaliste ; mais j’affirme la véracité de son récit, conforme à ce que je vois tous les étés sur les lilas de mon jardin. J’accompagne son oeuvre d’une traduction, en bien des cas approximative, le français n’ayant pas toujours l’équivalent du terme provençal.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

bobs3 |
Hôtel le Renaissance |
De l'Orient |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lepetitsaintmartin
| Dans un autre monde...
| Service à la personne 66